Top bar
2014/3/8
Bonne fête aux Humphroy, Pons !

I'm ineffably tired of pro-war ideologues moaning about how the anti-war folk are just 'complaining' without 'offering solutions' to global dilemmas. Peace doesn't need a freekin moral, ethical, economical, or political qualification; war does. Peace doesn't ravage, plunder, rape, or kill; war does. Peace does not need justification, war does.
<|OnAir|>

Artamène

Filed under: Romans — admin @ 00:00:48

titre_diagonaleLe site "Artamène" offre l'intégralité du texte du plus long roman de la littérature française, Artamène ou le Grand Cyrus (1649-1653) de Madeleine de Scudéry (13 095 pages dans son édition originale, 7443 dans cette édition en ligne).




Webcam@Berninfo.ch


2013/3/12
Bonne fête aux Elphège, Fina, Justine, Maximilien, Paul Aurélien, Pol, Pol Aurélien, et *surtout* bon anniversaire à Martine !

Whatever the natural cause, sin is the true cause of all earthquakes.
John Wesley

Flatland

Filed under: Romans — admin @ 00:00:22

FlatlandVoici Flatland, une histoire traitant de la multidimensionnalité.

Plus d'infos ici.



2010/2/8
Bonne fête aux Jacqueline, Jérôme-Emilien, Joséphine !

The code of tribal wisdom says that when you discover you are riding a dead horse, the best strategy is to dismount.

In law firms, we often try other strategies with dead horses, including the following: buying a stronger whip; changing riders; saying things like 'this is the way we have always ridden this horse'; appointing a committee to study the horse; arranging to visit other firms to see how they ride dead horses; increasing the standards to ride dead horses; declaring that the horse is better, faster, and cheaper dead; and finally, harnessing several dead horses together for increased speed.
Judge Thomas Penfield Jackson, 16 February 1999, in the courtroom after lunch on the second day of testimony from Microsoft's Brad Chase.

Pars vite et reviens tard

Filed under: Romans — admin @ 00:00:11
J'ai bien aimé ce livre pour les raisons suivantes: l'histoire est intelligente et les péripéties font allusion à des faits historiques assez bien documentés (je n'ai pas vérifié les sources car "ça se tient tel quel").

Les personnages, surtout Joss, sont TRES attachants, il est dommage que son importance se retrouve minimisée une fois le tiers du livre atteint. J'espère qu'il réapparaitra dans d'autres romans du même auteur.

Ce que j'ai moins aimé: pas de réelle péripétie une fois le présumé coupable "serré". Par ailleurs, le commissaire n'est jamais réellement en danger et les dernières 40 pages tournent autour d'une tranquille résolution de l'intrigue… de l'élégant bouche-trou, donc.

Ce que je n'ai pas vraiment compris: Cette sous-intrigue avec la douce du héros m'a semblé inutile dans le sens où cela n'apporte rien à l'histoire: le commissaire reste flegmatique tel quel, s'il s'agissait de faire du remplissage, je suis sûr que l'auteur aurait pu s'y prendre sans impliquer un personnage supplémentaire.



2007/8/3
Bonne fête aux Euphrone, Hermel, Lydie, Nicodème, Salomé !

Look up at the stars and you're gone. Not your luggage. Nothing matters. Not your bad breath. The windows are dark outside and the horns are blaring around you. The headlights are flashing high and low and high in your face, and you will never have to work again. You will never have to get another haircut.
Chuck Palahniuk, in Fight Club

Fight Club

Filed under: Romans — admin @ 00:00:44
Ecrit dans un style percutant, inédit et surtout très politiquement incorrect, l'adaptation de ce livre au cinéma aura permis d'en éliminer les rares imprécisions tout en en maintenant l'esthétique.

La version anglaise que je commente actuellement est conclue par un afterword dans lequel l'auteur raconte qu'il n'a pas l'impression qu'un "col-bleu" de l'Oregon comme lui allait réellement inventer quelque chose de nouveau, au contraire, il nous fait part des dizaines de contacts qu'il a eu avec des rixeurs, comme avec des serveurs de grands restaurant… Le monde qu'il a décrit n'est pas si loin.

À lire dans le texte (c'est nettement plus facile à lire en version originale que "Trainspotting") et surtout ne PAS manquer la conclusion de l'auteur. C'est géant.



2007/1/22
Bonne fête aux Blésille, Brithwolt, Timothée, Vincent !

He who will not reason is a bigot; he who cannot is a fool; and he who dares not is a slave.
William Drummond

Podium: Le Livre

Filed under: Romans — admin @ 00:00:31
J'avais vu le film que j'avais aimé, malgré les scènes de sensiblerie dont il regorge (mercie Julie D. … 😕 ), mais, c'est grâce aux commentateurs d'Amazon que je me suis jeté sur ce livre.

C'est clair, le filmer tel quel eût constitué une sacrée gageure étant données, d'une part les difficultés logistiques qu'en eussent induite la complexité de moultes scènes, d'autre part l'attention du spectateur de base auquel le film était destiné.
MAIS, ce livre est probablement le plus intéressant et le plus drôle que j'ai lu ces derniers mois. Je me pose juste une question sur la pléthore de détails donnés sur la vie de Claude François: Si la majorité en est avérée, nous avons en Yann Moix un Béruréen pendant d'Umberto Eco. S'ils sont inventés, je pencherais alors pour un San-Antoniesque Palahniuk (en particulier si l'on considère les énumérations et autres inventaires à la Prévert)… Il s'agit en effet d'une trash-comedie dans laquelle on peut retrouver l'esprit décalé de Fight Club.

Bref, c'est indispensable même si cela risque de vous rendre le film moins sympathique.



2006/9/24
Bonne fête aux Andoche, Géry, Mercedes, Pacifique, Silouane, Thècle, Ysarn !

On a dit que le génie était une longue patience. Et le mariage donc?
Alphonse Allais

DiS

Filed under: Romans — admin @ 00:00:27

DiS / ISBN: 978-1-84728-799-1

DiS? Qu'est-ce ? Passe ici. Assis ! Brisons la glace: DiS, c'est du sel. Salace ou sans sexe, ça ne se sait pas. J'y suis seul et sans certitude face aux messes basses de ceux qui sans ça poursuivraient de si sombres desseins… Qui ça ? Est-ce Marie, salope aux plusieurs faces ? Elle me séduirait pour savoir ce que je sais et m'inviter à son silence, six pieds sous le sol. Est-ce Luc, absent de cette histoire? Que risquerais-je s'il apparaîssait sur scène pour m'annoncer le sens de ces simagrées ? Sont-ce les morts, suicidés sans leur avis ? Ou est-ce Marc ? Sans son secours, je serais seul. S'ensuit un grandissant scepticisme doublé de suspicion à l'adresse de tous puisque chaque instant me soumet au sérieux ressac de cette situation à remous et m'assène ces questions qui restent sans réponses. DiS, c'est une sonate sous un ciel sans soleil. DiS, Si tu sais ce que c'est, passe moi un fax, ca me servirait.

Merci à Jérôme pour avoir gracieusement illustré ce premier roman. 8)


2006/9/15
Bonne fête aux Dolorès, Lubin, Mélitine, Roland !

Cruauté
[Do-ro-thée]
Tendance à faire souffrir
" Tiens, je t'ai acheté le dernier disque des Musclés "(un ancien ami)
Les Nuls

Shutter Island

Filed under: Romans — admin @ 00:00:28
La qualité d'un roman à suspense découle de celle de ses rebondissements.

Nous avons ici un livre très bien écrit (style impeccable, documentation pointue) et pour lequel on n'hésitera pas à manquer un bus, tant le suspense nous maintient en haleine. Mais ce roman a le défaut de nous proposer un enchaînement de points de vues et de perspectives hétérogènes.
On peut souvent s'y perdre, d'autant plus que le fil conducteur en est quelque peu décousu :: Le résumé du 4ème de couverture est inexact, il ne s'applique qu'à une partie de cet ouvrage. Je pense que l'intituler "une K-Dickerie genre Total Recall" eût été plus précis mais j'en ai déjà trop dit et je ne souhaite vous en gâcher davantage la lecture.
J'espère qu'une fois reposé ce pavé, sa fin ne vous laissera pas sur la votre.



2006/1/28
Bonne fête aux Charlemagne, Ephrem, Valère !

Happiness is an imaginary condition, formerly attributed by the living to the dead, now usually attributed by adults to children, and by children to adults.
Thomas Szasz

La Peau Froide

Filed under: Romans — admin @ 00:00:08
La Peau Froide, c'est l'histoire d'un type qui s'essaye à la climatologie sur un ilôt perdu de l'Atlantique sud.

Ce serait un huis-clos s'il n'y avait que ce type et cet autre autrichien mais non, il reste les créatures.

Raconté à la première personne, cet ouvrage nous décrit superbement la façon dont la folie s'empare du héros, au fur et à mesure de sa vie de reclus volontaire.

C'est donc à la fois un récit fantastique, psychologique et philosophique.

Très bien écrit, sans lourdeurs ni surenchères de détails. Nous entrons dans l'action à la seconde… pardon : à la ligne où le héros foule le sol de l'île.



2005/11/28
Bonne fête aux Quiéta, Sosthène !

Les allemands sortent la première voiture qui se boit après manger : l'Audi cointreau.
Les Nuls

Fracasso

Filed under: Romans — admin @ 00:00:33

Fracasso - Voldemar LestienneBien que rocambolesque, les aventures de nos néo-mousquetaires n'était pas dénuées du style truculent que leur avait conféré leur auteur. On pouvait s'attendre à un accident tant la qualité de son prédécesseur était élevée mais, après la relecture de ce "Fracasso", je puis vous assurer qu'il en est le digne successeur.
Souvenez-vous: "Furioso" finissait sur l'abandon -à regret- par Philippe de ses amis piégés. Qu'en est il de Fracasso, qu'a donc choisi Voldemar Lestienne?

"On prend les memes et on recommence"?

Non, on double la mise… Et l'intrigue.

Relevant du pur fantasme, Fracasso n'en demeure pas moins une lecture indispensable sitôt le dernière page de Furioso tournée:

C'est excellentissime!!!

Sceptique? Plus d'info et des extraits ici.


2005/10/8
Bonne fête aux Laurence, Pélagie, Syméon, Thaïs !

Not necessity, not desire - no, the love of power is the demon of men. Let them have everything - health, food, a place to live, entertainment - they are and remain unhappy and low-spirited: for the demon waits and waits and will be satisfied.
Friedrich Nietzsche

Furioso

Filed under: Romans — admin @ 00:00:18
Découvert par hasard dans la pile de livres provenant du grenier de ma tante, Furioso est une aventure rocambolesque, impliquant des peronnalités fortes et attachantes, une intrigue surréaliste mais ô combien désopilante, des quarterons d'émotions fortes et variées, et quelques unes des grandes figures politiques de ce siècle: De Gaulle, Churchill, Hitler…
Ce pastiche des "Trois Mousquetaires" se lit comme un bonheur, de couverture à couverture en une ou deux soirées et j'en suis déjà à ma douzième relecture au fil des années, il faut dure que Voldemar Lestienne écrit de façon concise mais humoristique, et qu'il est trop bien documenté pour ne pas donné à son histoire une touche de réalisme époustouflant. Merci à lui pour ce livre de chevet. Ne manquez pas non plus sa suite : Fracasso.


Next Page »

Powered by WordPress (Important Warning)