Top bar
2017/12/25
Joyeux Noël et bonne fête aux Adalsinde, Emmanuel, Eugénie, Jacopone, Jésus, Noël !

Fame was like a drug, but what was even more like a drug were the drugs.
Homer Simpson

Joyeux Noël !

Filed under: Humeurs — admin @ 00:00:13




Webcam@Berninfo.ch


2011/1/14
Bonne fête aux Nina, Nino !

If you need more than 3 levels of indentation, you're screwed anyway, and should fix your program.
Linus Torvalds

Déjà 7 ans!

Filed under: Humeurs — admin @ 00:00:59

Bring back da goatse !



2008/8/6
Bonne fête aux Octavien, Oswald !

"Le monde peut par conséquent saisir cette opportunité, pour remplir la promesse de longue date d'un Nouvel Ordre Mondial, où des nations diverses sont rassemblées dans une cause commune pour accomplir les aspirations universelles de l'humanité."
George Herbert Walker Bush, 41e président américain, en référence à la crise du Golfe Persique

Y rôtira

Filed under: Humeurs — admin @ 00:00:04

C’est aujourd’hui le 63ème anniversaire du bombardement d’Hiroshima.

Pour la première fois, cet anniversaire se fera sans son bouc émissaire, Paul Tibbets, celui-ci étant, depuis le 1er novembre dernier, en conférence avec les victimes collatérales de cette inutile autant que mortelle démonstration.

S’il y a un “après”, puisse le fils d’Enola Gay y comprendre l’ampleur du mal qu’on lui a fait commettre avant de taire son remord à coup de médailles.



2007/8/5
Bonne fête aux Abel, Félicissime, Nonna, Roger !

Everyone who makes films has to be an athlete to a certain degree because cinema does not come from abstract academic thinking; it comes from your knees and thighs.
Werner Herzog

Les années “Tupper”

Filed under: Humeurs — admin @ 00:00:29

Haut-Parleur

Ca m’a pris ce matin comme une envie de pisser…
J’étais sur mon vélo et je me demandais pourquoi, après quelques 10 ans, j’avais fini par ressortir spontanément l’album “Electric Ladyland” de “The Jimi Hendrix Experience“…

Voici donc une sorte de suite à cette chronique-là.

Le son n’est pas spécialement excellent, quoique: les guitares sont subtilement crades et toujours tièdes à point, la stéréo est approximative dans le sens où on entend souvent au casque l’ajustement panoramique d’une piste en cours d’exécution…

Par opposition à ce son, j’aurais tendance à penser à “Nevermind” de “Nirvana” ou au premier album de “Rage Against The Machine”.
Dans ces cas, le son est massif, impeccablement maximisé, les morceaux sont carrés: nickel… Mais voilà, à l’instar de ces superbes pommes starking calibrées que l’on trouve dès le début de l’automne dans les bacs des supermarchés: c’est joli mais c’est emmerdant.

Quand ça sonne toujours pareil, ça devient du bruit. Le moindre gimmick est instantanément reconnu comme tel et l’originalité du morceau s’en ressent.

J’ai un jour envoyé un CD de 20 pistes de Tompox à quelques impresarios. La réponse a été claire:
Si ce n’était qu’un problème de mixage, ça passerait encore, mais il n’y a pas de style précis, les morceaux s’enchainent sans se ressembler, c’est trop varié… Sissi, c’est ce que m’a dit Xenia (elle se reconnaitra) au téléphone.

Il leur faut des groupes qui jouent ce que les djeunz connaissent avec un son qui ne leur demandera pas d’adaptation, sinon c’est trop dur au niveau marketing.

J’ai essayé de retracer l’origine de cette tendance. M’inspirant de mes propres expériences, j’en suis finalement parvenu à la conclusion suivante: au début des années 80, je n’avais rien d’autre qu’un pauvre magnétophone low-fi sur lequel écouter mes copies de copies de cassettes audio (de chez Tandy, donc les moins chères). Impossible donc de profiter du grain des morceaux. Je pense que la plupart de mes contemporains ont connu ça.

Les studios ont, de leur côté, travaillé à faire passer leur son à travers mon brelon, les groupes à adapter leurs arrangements pour aller vers cette trompeuse puissance sonore.

Et, de fil en aiguille, nous nous sommes retrouvés avec le son trop propre d’aujourd’hui, artificiellement texturé à coup de modélisation pour ne plus offrir la moindre surprise.

Moralité: éteignez la télé et la radio pour composer. Utilisez du matos pourri. Faites ce qui vous plaira, vous ne trouverez peut-être pas le succès commercial, mais vous aurez la chance de vous être artistiquement accomplis.



2007/6/3
Bonne fête aux Kevin !

Religion is excellent stuff for keeping common people quiet.
Napoleon

C’est possible!

Filed under: Humeurs — admin @ 00:00:23

tgv escargotC’est le week-end qui a suivi l’Ascension qu’Anne et moi étions invités en Arles.

Constatant une tolérable différence de prix, nous avons opté pour la première classe entre Genève et Avignon-TGV.

Je me suis dit qu’un petit bug-report s’imposait:

  • Le controleur engueulait les passagers.
  • Les chiotes étaient aussi sales que dans un foyer Sonacotra.
  • On ne peut choisir sa place parmi les places libres d’un wagon: c’est couloir ou fenêtre, mais pour ce qui est du sens de la marche ou simplement le fait de souhaiter être éloigné de la porte donnant accès au toilettes (celle qui passe son temps à s’ouvrir), c’est Tintin.
  • Le barman a ouvert en retard, de fort mauvaise humeur, faisant état de la paresse de son prédécesseur.
  • Un couple de retraités occupaient nos sièges au retour. Nous les avons poliment invités à nous restituer nos places, ce qu’ils ont fait de bonne grâce. Ils nous ont alors expliqué qu’ils avaient pris des sur-réservations: Ils payent un tarif de première et voyagent sur des strapontins. Cette pratique est inadmissible: La SNCF ne devrait pas pouvoir vendre de places “virtuelles”: Il y a de la place, ou il n’y en a pas, mais en première classe, on ne voyage pas comme des soubrettes ou des clandos.
La France a beau dire, ses infrastructures sont vétustes et le sens de la clientèle de cette monopolistique société est abyssal.


2007/4/28
Bonne fête aux Louis-Marie, Pierre-Marie, Théodora, Valérie !

Why shouldn't I work for the N.S.A.? That's a tough one, but I'll take a shot. Say I'm working at N.S.A. Somebody puts a code on my desk, something nobody else can break. Maybe I take a shot at it and maybe I break it. And I'm real happy with myself, 'cause I did my job well. But maybe that code was the location of some rebel army in North Africa or the Middle East. Once they have that location, they bomb the village where the rebels were hiding and fifteen hundred people I never met, never had a no problem with get killed. Now the politicians are sayin', "Oh, Send in the marines to secure the area" 'cause they don't give a shit. It won't be their kid over there, gettin' shot. Just like it wasn't them when their number got called, 'cause they were pullin' a tour in the National Guard. It'll be some kid from Southie takin' shrapnel in the ass. And he comes back to find that the plant he used to work at got exported to the country he just got back from. And the guy who put the shrapnel in his ass got his old job, 'cause he'll work for fifteen cents a day and no bathroom breaks. Meanwhile he realizes the only reason he was over there in the first place was so we could install a government that would sell us oil at a good price. And of course the oil companies used the skirmish over there to scare up domestic oil prices. A cute little ancillary benefit for them, but it ain't helping my buddy at two-fifty a gallon. And they're takin' their sweet time bringin' the oil back of course, and maybe even took the liberty of hiring an alcoholic skipper who likes to drink martinis and fuckin' play slalom with the icebergs, and it ain't too long 'til he hits one, spills the oil and kills all the sea life in the North Atlantic. So now my buddy's out of work and he can't afford to drive, so he's got to walk to the fuckin' job interviews, which sucks 'cause the shrapnel in his ass is givin' him chronic hemorrhoids. And meanwhile he's starvin' 'cause every time he tries to get a bite to eat the only blue plate special they're servin' is North Atlantic scrod with Quaker State. So what did I think? I'm holdin' out for somethin' better. I figure fuck it, while I'm at it why not just shoot my buddy, take his job, give it to his sworn enemy, hike up gas prices, bomb a village, club a baby seal, hit the hash pipe and join the National Guard? I could be elected president.
Will Hunting

Adieu, mon héros…

Filed under: Humeurs — admin @ 00:00:16

Mstislav RostropovitchC’était l’un de mes héros, et il vient de nous quitter sans prévenir… 🙁

Merci et adieu, Mstislav…



2007/4/20
Bonne fête aux Odette, Théotime !

For an author to write as he speaks is just as reprehensible as the opposite fault, to speak as he writes; for this gives a pedantic effect to what he says, and at the same time makes him hardly intelligible.
Arthur Schopenhauer

Les Condidats

Filed under: Humeurs — admin @ 00:00:28
La Fransse a besoin de moi… Sans rien demander, j’ai finalement reçu les programmes des condidats, le 17, soient 5 jours avant le 1er tour…
N’ayant pas la télé, je commente à chaud la liasse de papier dont le contribuable franssais a financé l’envoi…
Ces programmes sont présentés dans l’ordre de la pile…

Condidats

  1. François Bayrou: Evoque le Parrain de Coppola… En plus inquiet. Va-t-il me faire une offre que je ne saurais refuser? Sa chemise est rayée de bleu, pas de rouge, bizarre pour le candidat de tous les français. Tiens, il cite les “intermittents”, c’est Arnoz qui va être content. Il finit par “Je vous confie ce grand choix, avec affection .
    Il y a beaucoup à dire de l’espace avant le point final, mais aussi de la virgule… Sans parler de son 8e point: C’est dans un correcteur orthographique, qu’il devrait investir!
  2. Philippe de Villiers: “La fierté d’être français”… Ca doit être une question de particule. Son visage évoque le méchant de Paycheck. Méfiance.
  3. Ségolène Royal Le dit en noir et blanc cerné de rouge: Elle ne veut pas être présidente. Elle laisse sa place à la France. Pas de réaction de la veuve de Monsieur Berger.
  4. Arlette Laguiller: Ne regarde même pas le petit oiseau. Elle regarde à gauche. Elle a pris un coup de vieux. Son maquillage est minimal mais elle a toutefois opté pour une petite coloration. Où a-t-elle ainsi bronzé?
  5. Gérard Schivardi: Un petit artisan qui veut un retour à la France de la Libération. Son tract a été mis en page avec les moyens de l’époque. Le petit plus: Ses soutiens, des maires, sont de tous les bords… dit-il.
  6. José Bové: Le plus photogénique pour l’instant, des airs d’Astérix version carte-Vermeille. Un tract en couleurs agréable à lire. Ca sent quand même l’utopie.
  7. Nicolas Sarkozy: S’est fait injecter un faux air de de Funès à coup de Photoshop. Est entouré d’un léger halo qui suggère qu’il a été photographié devant un écran vert… Les paysage arboré vert, blanc et bleu (pas de rouge) ayant été rajouté après. “Tout devient possible”… Dit-il. C’est bien ce qui m’inquiète: Au suivant!
  8. Marie-George Buffet: Un petit air Balaskovien. Semble un chouias crispée. “vie quotidienne, France sociale, la g…“.. Tiens? Elle écrit la gauche sans majuscule? Notez qu’en parlant de voter pour elle pour voter à gauche, elle exclut les autres… Arlette, Ségolène, Dominique…
  9. Frédéric Nihous: La ruralité d’ab…hohohoho!!! Sorry. La photo a l’air d’avoir été prise après l’apéro. L’air jovial du monsieur s’en ressent. Un coup de désaturation des rouges de son visage eut aidé. Pas heureux non plus, le logo turquoise sur fond vert Tiens, il a intitulé son torchon “Profession de foi”… Quid, de la laïcité? En tous cas, j’aime l’idée d’énergies alternatives en complément de l’énergie nucléaire.
  10. Jean-Marie Le Pen: Le plus mégalo de tous: Tract A3. Au dos, une affiche qui évoque les ordres de mobilisation des deux guerres mondiales. Le texte est superlativement violent, comme souvent, chez lui… Peut-il incarner le Peuple et l’état, comme il le suggère? “Ich don’t think so“.
  11. Dominique Voynet: Patrick Font disait: “Quand je vois la gueule de Lalonde et Waechter, je ressens de la sympathique pour la pollution…” Je comprends soudain son propos. Il faut dire que, malgré la présence de Noël Mamère que j’aime bien car il me rappelait Fugain quand je le voyais sur FR3 quand j’étais petit, le choix de ce crétin de Cohn-Bendit me glace d’effroi.
  12. Olivier Besancenot: Très beau logo. Un petit air de Maritn Lamotte, un slogan accrocheur. La couv’ manque peut-être de bleu… Ca sent le tout-feu-tout-flamme. Son projet est ambitieux et 2-3 points m’inquiètent. La sortie du nucléaire, par exemple. Par contre, j’aime l’idée qu’il s’oppose à l’occupation américaine de l’Afghanistan et de l’Irak. Je pense que ce type doit être sympa, mais je ne suis pas sûr qu’il ait les mêmes points de vue que moi.

Bon, je ne sais toujours pas pour qui voter. Je sais à peine pour qui ne PAS voter.



2007/4/19
Bonne fête aux Emma, Léon, Ursmer, Werner !

"A film should be like a rock in the shoe."
Lars von Trier

Pourquoi je vais voter dimanche

Filed under: Humeurs — admin @ 00:00:11

Vote droite ou gauche mais vote dans le trouDimanche, donc, je vais voter.

Vous avez bien lu: Après 10 ans d’abstentionisme professionnel… voire sacerdotal, je m’en vais visiter l’ur^H^Hisoloir de la Fransse en deuil.

Pourquoi ?

L’Ambassade de France a récemment déménagé à Zürich où Anne était supposée voter. Du coup, elle a opté pour une inscription à La Boisse, chez ses parents.
J’ai alors reçu un courrier m’invitant à me présenter à l’ur^H^Hisoloir de Berne, ce dimanche, pourvu de ma carte d’identité.

Du coup, ben, comme je ne veux plus entendre, ni de l’hargneux, ni de la sotte, je vais tâcher d’aller le faire savoir au Législateur à grand coup de papier recyclé.

Pardon ? Je vais voter sur une saleté d’écran tactile ?
Bon, OK. J’irai quand même… Mais seulement pour leur dire pourquoi je ne veux pas voter.
Parce que si le vote est truqué, un vote de moins fera baisser le score du tricheur.


2007/4/14
Bonne fête aux Bénezet, Lambert, Lidwine, Maxime, Tiburce, Valérien, Wallerand !

Harcèlement sexuel
Matin et soir, plusieurs millions de rideaux se feraient tringler.
Les Nuls

Que faire de Giscard?

Filed under: Humeurs — admin @ 00:00:23

Pi de vacheEn tant que président, il n’a pas été réélu, certains disent que c’est la faute de Jean-Bedel Bocassa, d’autres, de (feu) Maurice Papon.

…En tant que député Horropéen, il a fait abattre une sacrée forêt pour nous imprimer le torchon constitutionnel dont personne n’a voulu.

En tant qu’académicien, il semble négliger son rôle de dépositaire de la langue française. c’est ainsi qu’en tant qu’auteur, je me retrouve devant une grave lacune: Désirant conjuguer le verbe extraire au passé simple, je constate après moultes recherche qu’il s’agit là d’un verbe dit défectif, c’est à dire que traire, extraire, soustraire, etc. n’ont PAS de passé simple… Ce qui m’emmerde fort.

Je propose donc la conjugaison suivante du verbe extraire au passé simple:

j’extrai, tu extrais, il extrait, nous extraîmes, vous extraîtes, ils extrairent

Je l’ai personnellement utilisée telle quelle dans “Dyl“.



2007/1/22
Bonne fête aux Blésille, Brithwolt, Timothée, Vincent !

Each man must for himself alone decide what is right and what is wrong, which course is patriotic and which isn't. You cannot shirk this and be a man. To decide against your conviction is to be an unqualified and excusable traitor, both to yourself and to your country, let me label you as they may....
Mark Twain

Fransse-Enterre l’Abbé Pierre

Filed under: Humeurs — admin @ 08:56:37
Je ne pouvais laisser passer de tels propos. Message expédié ce matin via ce formulaire.

À: La femme aux idées convenues ayant procédé à la nécrologie de l’Abbé Pierre autour de 7 heures 30

Bonjour
La nécrologie de l’Abbé Pierre, à laquelle s’est ce matin livrée votre collaboratrice, avait bien commencé.
Elle a soudain pris un tour des plus vexants: “Simpliste”, L’abbé Pierre ? Avec une pensée empreinte d'”Anti-Judaïsme” ?

Crétine! Idiote! Pire: Opportuniste!

Abbé PierreL’Abbé a considéré un homme que ses propos avaient fait abaisser et piétiner par le Législateur.
Il a choisi d’être celui qui tendrait la main vers sa misère morale comme il la tendait gratuitement aux autres miséreux.

Il est absolument consternant de toujours vouloir revenir sur ces injurieuses insinuations convenues.
Vous révez de trainer un héros dans la fange? Vous pensez que cela vous vaudra le prix Pulitzer?

L’Abbé Pierre n’était pas le nazi que votre collègue suggérait. Il n’a jamais été opposé qu’à la misère. Noir, jaune, avec ou sans-papier, juif ou scientologue, de la plus extrème droite à la gauche la plus rigide, un pauvre est un pauvre, en pain ou en amour…

C’est du mieux qu’il pouvait que l’Abbé Pierre a veillé à rassasier son prochain.

Quand je pense que vous OSEZ parler d'”Anti-Judaisme”… Vous pensiez qu’on ne contredirait jamais ce joker de rhétorique?

Ma génération se fiche de ce que pense la votre. L’Abbé Pierre était le meilleur d’entre nous et l’oraison de votre collaboratrice mérite une sanction.

J’ai honte pour vous.



Next Page »

Powered by WordPress (Important Warning)